ENCORE UNE BIZARRERIE DE LA LANGUE FRANÇAISE... ET SES ORIGINES

Plus d'informations
il y a 1 mois 1 semaine #259 par michele.papon@orange.fr
Nous avons tous appris cette règle sur les bancs de l'école : le "e" est la marque du féminin. Un arbre vert. Une pomme verte. Un médecin compétent. Une enseignante compétente. Et ainsi de suite. Or l'adjectif "grand" ne respecte pas cette règle ou, plus exactement, il ne la respecte pas systématiquement. Car si l'on parle bien d'une grande soeur, tout change avec certains membres de la famille. Un enfant n'a pas de grande-mère, mais une grand-mère, pas plus d'ailleurs qu'il n'a une grande tante, mais une grand-tante.Pour comprendre l'origine de cette bizarrerie, il faut savoir que, à l'époque de l'ancien français (du IXe au XIIIe siècle environ), certains adjectifs ne prenaient pas de -e au féminin. On parlait alors d'une pluie "fort", d'une maladie "mortel" et d'une femme "gentil". Mais comme ces adjectifs sans "e" au féminin étaient peu nombreux, ils ont fini par s'aligner sur la règle majoritaire. Au fil du temps, la pluie est devenue "forte", la maladie "mortelle" et la femme "gentille". De la même manière - vous m'avez vu venir avec mes gros sabots - la maison "grande" a remplacé la maison "grand" ou plus exactement grant, puisque cet adjectif s'écrivait alors avec un t.Ceux d'entre vous qui ne dorment pas au fond de la classe vont sans doute me poser la question : pourquoi "grande" et pas "grante" puisque le masculin était "grant" ? J'ouvre donc ici une parenthèse pour résumer les deux explications fournies par les historiens de la langue. Primo : ce changement est conforme à l'étymologie puisque le latin grandis prenait lui-même un -d. Secondo : cela a permis d'établir un lien avec les autres mots de la même famille comme "grandeur" ou "grandir".Je ferme la parenthèse et reviens à la question initiale : pourquoi, aujourd'hui encore, continue-t-on à dire "grand-mère" et pas "grande-mère" ? En fait, la réponse est simple : dans ce cas précis, grand au féminin a conservé sa forme ancienne. Comme Papy, "grand-mère" a fait de la résistance, en quelque sorte ! Elle n'est d'ailleurs pas la seule dans ce cas. Vous aurez sans doute remarqué que de nombreuses villes ont conservé leur grand-rue, laquelle croise d'ailleurs parfois la grand-route ou la Grand-Place. De même, il arrive que les marins hissent la grand-voile ; que les catholiques se rendent à une grand-messe et aux ventres creux d'avoir grand-faim...Que la langue française est compliquée !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: GérardGenais

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 mois 1 semaine #265 par GérardGenais
merci chèrE amiE MichelE

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.178 secondes
Propulsé par Kunena